Qui sommes-nous ?

Comment est née l’association Écho-Mer ?

L’association Echo-Mer est née de l’idée de son fondateur, David Beaulieu. Effectivement en tant qu’ancien marin, il a travaillé sur des bateaux durant plus de 15 ans, notamment dans le convoyage des bateaux de course. Il est donc sensible aux questions d’environnements liées au milieu maritime.

Lors d’une de ses traversées de l’Atlantique, en 2000 entre Newport (US) et Hendaye, David a eu la chance de naviguer dans des zones très riches en termes de biodiversité marine, spécialement au niveau des oiseaux marins et des cétacés. Malheureusement très vite, il a aussi rencontré, en approchant des côtes, de larges nappes de déchets flottants, essentiellement des plastiques en tous genres.

C’est alors que David Beaulieu a ressenti l’appel, « l’écho », de la mer qui lui demandait de s’engager, de la protéger, en contrepartie du plaisir qu’il prenait à naviguer.

De retour à La Rochelle, son port d’attache, il a donc décidé de créer une association pour sensibiliser les usagers de la mer et le grand public à la pollution des océans. C’est ainsi qu’Écho-Mer a vu le jour officiellement en juillet 2001.

D’où vient la pollution marine ?

La pollution des mers et des océans est générée en premier lieu à terre par les activités humaines, tout autour du globe. En effet, le niveau de la mer est plus bas que celui des continents. En conséquence, les déchets, les substances toxiques et l’ensemble des pollutions rejetées à terre, poussés par le vent et le ruissellement des eaux de pluie, atteignent les cours d’eau, qui invariablement, de ruisseaux en rivières, puis en fleuves, finissent par atteindre les mers et les océans. Ils engendrent alors des dégâts considérables sur la qualité des eaux et donc sur l’ensemble des écosystèmes qui y vivent. Qui n’a jamais lu un article relatant les échouages de tortues ou de cétacés à l’estomac rempli de plastiques ?

Par ailleurs, de nombreuses études révèlent la présence de pesticides dans les poissons et coquillages pêchés en mer.

De plus, les activités maritimes contribuent à la pollution du milieu marin. Certaines routes maritimes sont très fréquentées, notamment par d’énormes cargos porte-conteneurs. Ces grosses unités utilisent de grandes quantités de carburants, occasionnant automatiquement des rejets (fumées noires, etc.). De nombreux conteneurs se perdent également en mer, occasionnant des risques de collision avec les navires et la faune marine, notamment les cétacés, ainsi qu’une pollution conséquente. Outre les incivilités telles que les dégazages sauvages au large, les naufrages occasionnels peuvent aussi avoir de terribles conséquences, à l’image des marées noires qui tuent des millions d’animaux (oiseaux, poissons, coquillages…) et détruisent les côtes.

Le développement des activités nautiques

Les activités de loisirs nautiques se sont énormément développées depuis le siècle dernier. Plus particulièrement, la navigation de plaisance s’est démocratisée, multipliant ainsi le nombre de bateaux, augmentant la taille des ports de plaisance, et le nombre de grosses marinas. Inévitablement, les rejets d’hydrocarbures et d’antifoulings toxiques augmentent proportionnellement à la quantité de navires en circulation.

De la même façon, la production de matériel représente une pollution indirecte importante si l’on considère la production des bateaux eux-mêmes (bois d’importation, résines plastiques…), celle des voiles, des combinaisons en néoprène (matière dérivée du pétrole), des stocks de fusées pyrotechniques, des cartouches de CO2 pour les gilets de sauvetage et les radeaux de survie, etc.

Comment l’association agit-elle concrètement pour la protection du milieu marin ?

Les actions d’Écho-Mer s’organisent autour de deux axes de travail principaux : la pédagogie et la revalorisation de matières.

La pédagogie :
• Animations auprès des scolaires, du primaire au lycée.
• Sensibilisation des usagers des ports de plaisance : conception de signalétique environnementale, sensibilisation des plaisanciers en escale…
• Balades écocitoyennes à destination du grand public, des scolaires, des entreprises…
• Animation de stands sur les évènements locaux
• Ateliers recyclage
• Nettoyages de ports à l’épuisette

Depuis le printemps 2020, les bénévoles parcourent les pontons deux à trois fois par semaine sur le Vieux Port de La Rochelle, pour ramasser les déchets en provenance du large, qui eux-mêmes proviennent souvent des déchets domestiques générés sur terre.

Le constat est édifiant car plus de 1130 kilos de détritus ont été repêchés entre mars 2020 et décembre 2021.

En effet, les déchets urbains sont nombreux à finir leur course dans les bassins de plaisance du centre-ville à La Rochelle : mégots, masques, bouteilles en verre et plastique, gobelets en plastique, emballages de street food, seringues, mais aussi sacs en plastique, jouets et déchets professionnels (collecteurs d’huîtres, morceaux de filets de pêche, hameçons…).

C’est pourquoi Echo-Mer poursuit énergiquement les ramassages et continuons notre sensibilisation auprès du grand public et des usagers de la mer, afin de favoriser une prise de conscience collective.

La revalorisation de matières :

Dans un souci de réduction du volume des déchets, Écho-Mer récupère différentes matières usagées, principalement issues des activités maritimes :
• Les voiles
• Les combinaisons néoprène
• Les poches ostréicoles
Mais aussi :
• Les bouchons de liège
• Les bâches publicitaires

Économie circulaire et solidaire :

L’économie circulaire, c’est quoi ?
Le terme d’économie circulaire désigne l’organisation d’activités économiques et sociales recourant à des modes de production, de consommation et d’échange fondés sur l’écoconception, la réparation, le réemploi et le recyclage, et visant à diminuer les ressources utilisées ainsi que les dommages causés à l’environnement. (Source : INSEE).

La solidarité est une valeur fondatrice de l’association. Écho-Mer a à cœur d’intégrer une dimension solidaire dans ses actions, à chaque fois que cela est possible. L’objectif est de favoriser l’accès à l’emploi pour des personnes peu ou pas diplômées, en situation précaire socialement et / ou professionnellement.

Ainsi la revalorisation des voiles s’effectue en partenariat avec l’atelier de confection de la centrale pénitentiaire de Mont De Marsan (40). Huit travailleurs incarcérés sont formés en permanence aux différentes étapes de la couture professionnelle sur machines à coudre industrielles : découpe, assemblage, piquage, couture… Les ouvriers laissent libre court à leur imagination concernant l’assemblage des couleurs et la création des motifs, développant ainsi leur créativité personnelle.

Depuis 2021, l’atelier d’économie solidaire « Atout Solidaire » à Tonnay Charente (17) réalise pour l’association un modèle de sac à dos en voile recyclée. Ce nouvel article est réalisé par Anaëlle, une jeune femme souffrant d’épilepsie. Le chantier d’insertion lui permet de se réaliser pleinement sur le plan professionnel, dans un cadre souple et adapté.

Grâce à ces différents acteurs, les voiles usagées collectées par l’association auprès des plaisanciers, des écoles de voile et de certains skippers de course au large trouvent une seconde vie en devenant des sacs de sport, cabas, sacoches pour ordinateurs, enveloppes de poufs ou de coussins, porte-monnaie…

Les poches ostréicoles sont quant à elles collectées directement auprès des producteurs d’huîtres du Bassin de Marennes-Oléron en Charente Maritime. L’ESAT (Etablissement et Services d’Aide par le Travail) Navicule Bleue, localisé au cœur des parcs à huîtres à Arvert, se charge de collecter et nettoyer des poches. Elles sont ensuite transformées en corbeilles de tailles et de formes variées par Stéphane, résident de l’ESAT. Cela représente pour lui un emploi à temps plein depuis 2012.

En 2022, la revalorisation connaît un fort développement, puisqu’un partenariat est signé entre Écho-Mer et le Comité Régional de Conchyliculture de Charente-Maritime (CRC 17). L’objectif est de développer une filière conséquente en collaboration avec les ostréiculteurs du département, afin de réduire significativement le volume de déchets généré par ce matériel. Dans cette optique, de nouveaux prototypes de produits revalorisés sont à l’étude : paniers à anses, corbeilles à pain, poubelles de table…

Les bouchons de liège, sont pour leur part collectés auprès d’un important réseau de restaurateurs et de commerçants. Ils sont broyés par l’entreprise OVIVE SA, située à Périgny, près de La Rochelle (17). Le granulat obtenu est commercialisé par Écho-Mer sous sa forme brute (pas d’envoi au Portugal, ni d’ajout de colle pour former des plaques). Il est majoritairement utilisé comme isolant thermique et phonique dans la rénovation de planchers dans des maisons de particuliers.

Parallèlement, l’Entreprise Solibio, fabricant de produits cosmétiques et ménagers naturels (Solignac 87), utilise ce granulat de liège pour confectionner des cartouches anti-odeurs à installer sur les sorties de fosses septiques. De plus, Écho-Mer se sert du liège broyé pour garnir les poufs et coussins en voile recyclée proposés à la vente au local associatif et sur la boutique en ligne.

C’est pourquoi l’association communique et organise des collectes, afin d’inciter les nombreux consommateurs à conserver leurs bouchons pour les revaloriser. Ils bénéficient alors d’une seconde vie toute aussi utile. En conclusion nos priorités quotidiennes sont d’éviter l’accumulation de déchets non réutilisables.

Qui sont les membres de l'équipe ?

Angélique Fontanaud

Angélique Fontanaud préside l’association depuis 2017. Elle exerce son activité professionnelle comme responsable Qualité-Sécurité-Environnement au sein de la Régie du Port de Plaisance de La Rochelle, ce qui lui confère des compétences évidentes dans le domaine de l’environnement lié à la mer et aux activités maritimes. Très impliquée dans l’association, Angélique représente Écho-Mer lors de nombreux évènements locaux.

David Beaulieu

David Beaulieu est le fondateur de l’association Écho-Mer. Il occupe aujourd’hui le poste de Directeur. Ancien marin, David a reçu « l’écho de la mer » durant sa dernière traversée de l’Atlantique entre Newport (US) et Hendaye en 2000. Soutenu par sa compagne et quelques amis, il crée Écho-Mer en 2001 à La Rochelle, dans le but de protéger les mers et les océans en sensibilisant le grand public aux dangers et conséquences à long terme de la pollution humaine sur les écosystèmes marins, et par ruissellement, sur l’être humain. Passionné, David continue à naviguer sur le catamaran familial dès qu’il le peut.

Nathalie Daniel

Nathalie Daniel a rejoint l’équipe salariée d’Écho-Mer en 2020, après une carrière de plus de 25 ans comme commerciale dans la vente d’espaces publicitaires. Membre de l’association et bénévole depuis plus de 5 ans, elle a choisi d’opérer un virage à 180° pour occuper un poste plus en cohérence avec ses valeurs personnelles en termes d’écologie et d’humanisme. Dorénavant en charge du développement de la collecte des bouchons de liège et de la diffusion des produits en matières revalorisées au sein d’Écho-Mer, Nathalie est aussi une navigatrice passionnée et possède son propre voilier.

Estelle Trommenschlager

Estelle Trommenschlager a intégré l’équipe en 2020 comme stagiaire lors de sa première année de Master en Sciences pour l’Environnement. Elle a ensuite poursuivi son cursus en alternance lors de sa deuxième année de Master. Diplômée, Estelle est devenue une salariée à part entière depuis octobre 2021. Elle est particulièrement en charge du développement de la revalorisation des poches à huîtres, en collaboration avec le Comité Régional de Conchyliculture de Charente Maritime. Originaire d’Alsace, Estelle est passionnée de nature et affectionne particulièrement le littoral de Charente-Maritime.

Sébastien Dallet

Sébastien Dallet est en charge de la comptabilité chez Écho-Mer. Prestataire indépendant pendant des années, il a évolué vers un poste salarié à temps partiel depuis avril 2021. Engagé personnellement et professionnellement auprès de nombreuses associations culturelles locales, Sébastien est un conseil précieux pour le montage des projets d’Écho-Mer.

Benoît Maréchal

Benoît Maréchal est arrivé chez Écho-Mer durant l’été 2021 comme bénévole. Il a souhaité effectuer un stage découverte de 2 mois en juillet et août. Ayant su démontrer sa motivation et son efficacité, Benoît a intégré l’équipe officiellement en octobre 2021 comme alternant pour une durée de deux ans, dans le cadre de son école de commerce spécialisée dans le développement durable. Fils d’agricultrice, Benoît est très sensible à la problématique de la pollution humaine et ses impacts sur l’homme, notamment en matière d’alimentation. Au sein de l’équipe, il est un soutien important pour la collecte et la revalorisation du liège.

Anne-Cécile Réalé

Anne-Cécile Réalé a intégré l’équipe salariée à La Rochelle en juin 2022. De formation scientifique, elle a travaillé en tant qu’experte dans la filière du recyclage des emballages plastiques ménagers. Passionnée par la protection de l’environnement, Anne-Cécile est engagée au service du développement durable et de la RSE (Responsabilité sociétale des Entreprises).
Elle occupe désormais le poste de chargée de mission et animatrice pédagogique au sein d’Echo-Mer. Dans ce cadre, elle anime les balades écocitoyennes et différents ateliers recyclage, à destination des scolaires et du grand public. Anne-Cécile est également en charge de la mise en place d’une démarche environnementale au sein des clubs de voile de la Nouvelle Aquitaine, incluant la sensibilisation des usagers à la protection des milieux aquatiques, et la mise en œuvre de réseaux d’économie circulaire axés sur la revalorisation des déchets nautiques.

Céline Duris

Céline Duris est membre de l’association depuis 2016. Elle a intégré l’équipe salariée en octobre 2021 dans le cadre du montage de l’antenne Écho-Mer sur le territoire du Bassin d’Arcachon. Résidente Arcachonnaise depuis plus de 4 ans, Céline est passionnée de nature et de sports outdoor. Polyvalente, elle est en charge du développement du réseau associatif sur Arcachon et les communes avoisinantes. Dans ce cadre, Céline propose divers ateliers et animations pédagogiques, met en place des points de collecte des bouchons de liège et participe aux événements locaux pour faire connaître l’association, ses valeurs et ses actions sur le territoire du Bassin d’Arcachon.
Parallèlement, Elle est également en charge de la mise en place d’une démarche environnementale au sein des clubs de voile de la Nouvelle Aquitaine, incluant la sensibilisation des usagers à la protection des milieux aquatiques, et la mise en œuvre de réseaux d’économie circulaire axés sur la revalorisation des déchets nautiques.